Ballade un dimanche

Le dimanche 3 avril 2016, l’ACV organisait sa rando vélo et marche.

Afin de respecter la volonté de certaines personnes de ne pas apparaitre sur les photos, leurs visages ont été floutés.

De très nombreux participants ont répondu présents, dont notre groupe, aux couleurs de Velaux En Avant.

Afin de respecter la volonté de certaines personnes de ne pas apparaitre sur les photos, leurs visages ont été floutés.

Notre groupe a participé à la ballade organisée par l’Amical Cyclotourisme Velauxien.

Afin de respecter la volonté de certaines personnes de ne pas apparaitre sur les photos, leurs visages ont été floutés.

Lors de cette matinée, nous avons pu (re)découvrir nos collines et notre patrimoine vivant : nous avons vu le nid du couple d’aigles de Bonelli qui s’est installé sur la communeIMG_2160 - Copie IMG_2161 IMG_2162 IMG_2163 IMG_2164 IMG_2165

Nous avons pu admirer les ruines de la chapelle de Ste Propice et des habitations situées au sommet de notre emblématique colline.

IMG_2169

IMG_2166 IMG_2167Enfin, nous avons dégusté une crêpe offerte par l’association et participé à la tombola qui terminait cette matinée particulièrement agréable !
Encore un grand merci aux organisateurs de cette manifestation, qui fut une belle réussite !

Afin de respecter la volonté de certaines personnes de ne pas apparaitre sur les photos, leurs visages ont été floutés.

Les déchets verts : fatalité ?

Lors du dernier conseil municipal, nous avons soulevé le sujet de la gestion des déchets verts. Cette question a généré une réaction très virulente et enflammée de la majorité. Quand au groupe Velaux A Venir, nous constatons, dans leur compte rendu, qu’ils ont du mal à appréhender le sujet et qu’ils se positionnent comme souvent dans la polémique stérile.

Alors oui, nous le confirmons, il y a de multiples façons de réduire la gestion des déchets verts et plus largement des déchets organiques. Ces solutions ne sont pas forcément génératrices de coûts supplémentaires pour la collectivité; et quand bien même, il y a des projets pour lesquels il est nécessaire de mettre la main à la poche quand il s’agit de l’intérêt général.

Il suffit d’un ordinateur, d’une connexion internet et d’un moteur de recherche pour constater les solutions mises en place dans diverses communes. Retrouvez quelques exemples intéressants en cliquant sur les liens ci-après:

Des poulaillers municipaux

Broyage des déchets

Broyage à domicile

Broyage à domicile gratuit

Broyage des déchets verts

Mise à disposition de composteurs

Mise à disposition de poules

Mise à disposition de poules

Et oui, il y a des idées…

Mais bon effectivement, on peut se dire que cela ne marche pas trop mal et ne rien faire de plus…

Compte rendu du conseil municipal du 29 février 2016

1-Installation d’un nouveau conseiller municipal et mise à jour du tableau du conseil municipal

Nous souhaitons bonne chance à Sabrina avec qui nous avons eu (brièvement) plaisir à travailler.
Nous constatons l’absence du nouveau conseiller qui a donné procuration.

2-Présentation des orientations budgétaires

Nous prenons bonne note des engagements prioritaires de la majorité qui sont :

  • Poursuivre la politique de désendettement
  • Maintenir la qualité des services publics mais en respectant l’adéquation dépenses/ressources
  • Adapter les taux de taxes directes locales au besoin de financement
  • Réduire l’investissement

A l’issue de la présentation de ce point, nous avons évoqué la problématique suivante : « compte tenu de la diminution prévisible des recettes de fonctionnement, nous constatons l’absence d’une politique de diminution des frais de fonctionnement sans laquelle nous risquons de générer une augmentation des taxes directes. »

Cette remarque a déclenché une réaction virulente de la part de notre député maire et d’une partie des élus de la majorité.
Nous avons eu droit à une attaque sur notre prise de position quand à l’organisation du gala de danse du CASL, l’épisode du club hippique (sur lequel nous n’avions pas pris partie), des insinuations ont été faites sur les dégradations subies par les véhicules du maire et de sa première adjointe, sur l’envoi de lettres anonymes, sur la lâcheté des personnes utilisant les réseaux sociaux ; des références aux heures les plus sombres de notre histoire ont été utilisées (collaborateurs, maréchal Pétain). Bref, autant d’arguments qui ne font sûrement pas avancer le débat, mais surtout qui permettent de ne pas donner une réponse précise à la question posée.
La question nous a même été retournée.

Seule la première adjointe tenta de rendre le débat constructif en nous expliquant que certains investissements avaient aussi pour but de réduire les frais de fonctionnement (en exemple : le chauffage du stade Albert Camus).

Mr le maire a  reconnu que malgré les efforts demandés aux mairies, le quota de logements sociaux ne serait jamais atteint, car la création de nouveaux logements augmente proportionnellement le nombre de logements sociaux à créer, rendant donc le problème insoluble.

Nous restons donc avec cette question sans réponse : ne serait-il pas préférable d’avoir une vraie politique de réduction des frais de fonctionnement ?
Doit-on s’attendre à une augmentation des taxes directes locales dans les années à venir ?

Nous attendons le projet de budget pour voir comment ces orientations seront traduites, mais sur le fond nous sommes en désaccord avec la ligne budgétaire tenue par la majorité.

Nous avons voté contre

3-Attribution d’une avance sur la subvention 2016 à l’association « Culture’Mania »

Nous votons pour car cela s’explique par la nécessité de financement des spectacles à l’avance.

4-Demande de subvention à l’Etat pour l’acquisition de terminaux embarqués au titre du fonds d ‘amorçage pour la mise en place des procès -verbaux électroniques(PVe)

Nous votons pour

5-Demande d’instruction des dossiers de subventions octroyées par le conseil Départemental des Bouches-du-Rhône dans le cadre du Contrat Départemental de Développement et d’Aménagement(CDDA)-tranche 2016

Nous votons pour

6-Convention de financement « Diagnostics énergétiques sur les réseaux d’éclairage public « années 2016/2017 avec le syndicat Mixte d’Energie du Département des Bouches-du-Rhône (SMED 13)

Nous votons pour

7-Servitude de passage de canalisations souterraines au profit de Monsieur ORSINI et de Madame COSTE

Nous votons pour

8-Actualisation du périmètre de droit de préemption urbain suite à l’approbation du plan local d’urbanisme

Mr le maire n’apprécie pas le fait que l’on soit contre cette façon de faire et a précisé que la mairie n’avait jamais exproprié quelqu’un à Velaux, mais que ça ne saurait tarder. Encore une fois nous ne comprenons pas cette remarque, presque menaçante, alors que le droit de préemption à ce jour a été utilisé par la mairie sur 2 cas à notre connaissance, qui se sont terminés au tribunal car le vendeur a systématiquement été lésé par l’offre.

Nous votons contre

9-Décisions municipales

Nous prenons acte

10-Questions

Nous avons souhaité poser une question concernant la gestion des déchets verts sur la commune :

« Monsieur le maire, les Velauxiens, professionnels ou pas, ont de plus en plus de soucis avec la gestion des déchets verts. Certes il existe la collecte à domicile mais celle-ci n’est possible que pour deux mètres cubes et parfois avec des délais importants, le dépôt à la déchetterie nécessite une solution de transport adaptée et lors des jours de forte affluence il n’est pas rare d’être refusé. Est-il prévu une solution répondant dans tous les cas aux attentes de nos concitoyens ?»

Il serait très difficile de donner le détail des réponses que nous avons reçu à cette question. Chacun y a été de sa petite phrase alimentant un brouhaha absolument in-constructif.
Si l’on devait résumer, il ressort que l’arrêté préfectoral interdisant le brûlage aurait été amendé par Monsieur Monnet pour permettre aux particuliers exploitants une oliveraie, en dehors des zones urbaines, de brûler les coupes. Pour le reste, il nous a été signifié que la collecte des déchets verts, le dépôt en déchèterie, sont des services gratuits, et que les utilisateurs doivent s’en satisfaire.

Nous sommes convaincus qu’il est possible de faire mieux, sans forcément que cela coûte plus cher. Pourquoi ne pas proposer un service de broyage générant du paillage qui limiterait l’arrosage ? Pourquoi ne pas permettre un forfait mensuel plutôt que les deux mètres cubes actuels ? Cela réduirait peut-être le nombre de tournées d’un camion et donc les coûts. Les idées existent, et elles sont mises en œuvre dans d’autres communes.

En conclusion, nous estimons qu’il ne faut pas avoir de tabous, surtout quand on s’occupe de l’intérêt général, et que certains sujets méritent même d’investir un peu plus quand il s’agit de l’avenir de notre planète.

(Après renseignements pris le 02/03/2016 auprès de la préfecture ( DDTM ) au service de l’agriculture et de la forêt, propriétaire de l’arrêté préfectoral n°2013354-0004 du 20/12/13, le droit de brûler dans son jardin des tailles d’oliviers est repoussé jusqu’au 31 mai 2016. Après cette date SEULS les agriculteurs professionnels seront autorisés à brûler les tailles de leurs cultures.) Le document doit être communiqué très prochainement.

Retour sur les vœux du maire 2016

Le vendredi 22 janvier 2016, nous avons assisté, comme d’autres velauxiens, à la cérémonie des voeux du maire, à la salle Nova.

Nous avons pu visionner tout d’abord un film (à visionner sur Dailymotion en cliquant ici), commenté par certains élus de la majorité, retraçant en images l’année écoulée, en termes biens choisis et plans sélectionnés afin de montrer une image glamour et positive des actions menées par Mr Maggi et son équipe, bien entendu.

Ensuite, les élus et Mr le maire sont montés sur la scène, afin de proposer une équipe soudée autour de son maire et d’écouter son discours. Quelques élus des alentours et représentants des institutions avaient fait le déplacement pour encourager et montrer leur soutien au premier magistrat de Velaux.

Cette année, Mr le député-maire a dû, sans doute à contrecœur, mais rattrapé par l’actualité, faire une première mise au point concernant sa mise en examen suite à des suspicions de fraudes lorsqu’il était à la tête du SDIS (Voir article de presse de la Provence sur notre site). Il a réaffirmé devant une salle toute acquise, son innocence, et sa transparence dans ses affaires et dans les faits qui lui sont reprochés. Il a cependant admis qu’à la vue de la complexité de diriger une telle institution, il n’était pas à l’abri d’erreurs. Nous nous garderons de tout commentaire hâtif sur ce sujet et laisserons la justice faire son travail.

Revenant sur Velaux, le maire s’est félicité de la fin des travaux à l’école Jean Giono, dont l’inauguration a eu lieu le samedi 30 janvier, et dont le surcoût a été consciencieusement passé sous silence. Lors du conseil municipal du 25/11/2015, Mr le maire nous informait alors que l’école Jean Giono avait nécessité un surcoût dû à l’isolation de la toiture, changement des fenêtres, travaux de mise en sécurité des sols suite à la découverte de tuyaux dans le sol des salles de classes. La facture supplémentaire pour la commune était de 139 200 €. Cependant, il nous informait également que ce surcoût était équilibré par des dépenses qui ne seraient  pas effectuées, en l’occurrence des travaux de rénovation de chaufferie au complexe Albert Camus, budgétées en 2015, et donc reportés…

Malgré les sommes importantes engagées pour l’agrandissement de l’école elle sera, selon nos prévisions, très vite saturée, au regard de la centaine de logements qui vont bien vite voir le jour dans le secteur. En effet, Mr le maire a longuement parlé de logements sociaux, de mixité sociale, de mise en conformité avec la loi SRU qui impose aux communes 25% de logements sociaux. Mais que deviendra l’école toute rénovée avec une vague de nouveaux écoliers à absorber ? Comment va-t-on réussir à circuler dans l’avenue Jean Moulin aux heures de pointe, avec cet afflux important de nouveaux véhicules, de personnes qui voudront amener leurs enfants dans les établissements scolaires, ou aller au travail ? Cet axe est déjà saturé le matin et le soir, comment la commune a t-elle prévu de gérer ce nouveau problème ? Sans parler de l’aspect sécurité routière.

Le terrain Donnier :

Ensuite, Monsieur le maire nous a expliqué que compte tenu de la situation générale (baisse des dotations de l’état et mise en place de la métropole notamment), il lui était impossible de donner une vision des investissements qui seront réalisés sur la commune pour 2016. Il oublie de parler de la baisse des subventions du conseil départemental qui finançait la quasi-totalité des travaux sur Velaux depuis de nombreuses années, à hauteur de 60 à 80%, et de dire que ce même conseil départemental va faire le choix de venir en aide aux communes qui avaient été oubliées ces dernières années. Il ne parle pas non plus de la baisse de la réserve d’autofinancement de la commune, que nous avons déjà évoquée dans un précédent article. Il oublie aussi de parler de la dette importante que la commune doit rembourser (Endettement par habitant à Velaux : 1 478 € /Hab. au 1er Janvier 2015). Autant de sujets qui auraient entaché un discours qui se veut positif.

Mr le maire n’a pas manqué de revenir sur les projets logistiques de la Verdière et de nous rappeler que ces projets ne pouvaient pas se faire car une zone était classée en zone agricole et que sur l’autre aucun permis de construire n’avait été déposé. Alors pourquoi faire peur aux citoyens avec les nuisances qui auraient été apportées par 500 camions ! Un rappel s’impose : ces projets étaient planifiés depuis 2008 par Mr le maire (voir photo) mais très peu de publicité a été faite à ce sujet. Lors des élections municipales, les gens les ont découverts et la polémique a commencé. Pour rafraichir les mémoires, la Verdière 3 a été contestée par les gens de Velaux mais également par la mairie et les habitants de Rognac, car elle était planifiée sur des terrains appartenant aux 2 communes. Effectivement le SCOT (Schéma de Cohérence Territoriale établi et approuvé par l’agglopole en 2013 qui prévaut sur le PLU) a permis de garder cette zone en classement agricole, le PLU ne pouvant s’y opposer. La Verdière 2, elle, a fait l’objet d’un permis de construire (N°PC 01311213F0019 du 27 février 2014) contesté et attaqué juridiquement par une association de la Verdière.

Ce permis a donc bien existé (Un panneau avait été bétonné sur le terrain), a été retiré et le classement actuel de la zone n’est plus UE mais AUE, qui interdit l’implantation d’installations destinées exclusivement à la fonction d’entrepôt . Le développement de cette zone a été transféré à l’Agglopole Provence. On peut donc espérer qu’effectivement la venue des 500 camions si décriés par Mr le maire soit évitable et que cela génère des créations d’emplois plus valorisants. C’est grâce à un combat pacifique de tous les jours des habitants de cette partie de Velaux, mais également des actions juridiques que ce vaste projet logistique, du moins le projet initial, ne verra pas le jour.

018 017

Un autre point soulevé : la Métropole. Mr le maire nous a bien fait comprendre qu’il était un des fervents opposants à la Métropole et de rappeler pour exemple qu’à ce jour si le cimetière du bas St Martin devait se faire, c’est Marseille qui en aurait la charge. Pour l’anecdote, l’agrandissement du cimetière n’était pas prévu à cet endroit mais à la place du lotissement de la pinède. Il est d’ailleurs dommage que cette extension se soit faite à cet endroit, très difficilement accessible à pied pour les personnes âgées ou à mobilité réduite.

Un sujet abordé également par Mr le maire est la création de 8 places de parking grâce à l’achat et la destruction de la maison de madame Chauvin qui représenterait un risque de sécurité car la bâtisse actuelle empêche les véhicules de secours de passer. Il faut savoir que c’est suite à un procès engagé avec la propriétaire Mme Chauvin que cet immeuble a été acquis. En effet, la propriétaire avait une offre pour la création de logements et la mairie a fait préemption.

DSC00074

Mr le maire a ensuite rappelé que jamais Velaux n’avait été propriétaire de la cave viticole et que par conséquent, vu l’état de délabrement du bâtiment, on ne pouvait plus rien faire. Même si ça n’a pas été dit, nous comprenons que c’est un peu la faute des coopérateurs si le bâtiment n’était plus récupérable car l’entretien leur en incombait. Ce terrain a été vendu, non pas au prix agricole, mais au prix constructible à un établissement public foncier (Environ 1 M d’euros). A ce jour rien n’est défini avec certitude sur l’emplacement de la nouvelle coopérative viticole. On connait seulement le lieu possible, à côté de la coopérative oléicole. Pourtant, c’est un point important si on veut que la « vigne » et les agriculteurs reviennent à Velaux.

SONY DSC

Concernant la zone PAEN des terres agricoles, Mr le maire a bien entendu rappelé la fin de l’étude et le vote du PLU, document important qui définit les orientations politiques voulues par l’équipe majoritaire, sur tous les sujets importants abordés dans ce dossier, tel qu’urbanisme, tourisme….

Il a ensuite fait part de son indignation face à des dégradations de véhicules concernant la première adjointe et lui même, apparemment liées au zonage de ce même PAEN. Par contre, rien de plus sur ce classement de zone tant critiqué.

Par contre, pas un mot du lycée cette année, rien non plus sur le projet d’aménagement de la Palun, et aucune nouvelle du stade en pelouse synthétique pourtant promis.

P1140435

Enfin, un hommage a été rendu à Mme Gabrielle Martin, doyenne de Velaux,  disparue à l’âge de 105 ans .

Les médailles de la ville ont ensuite été distribuées comme chaque année à des personnes méritantes.

Ces vœux se sont terminés autour du verre de l’amitié.

Ordre du jour du conseil municipal du 29 février 2016

1-Installation d’un nouveau conseiller municipal et mise à jour du tableau du conseil municipal

2-Présentation des orientations budgétaires

3-Attribution d’une avance sur la subvention 2016 à l’association « Culture’Mania »

4-Demande de subvention à l’Etat pour l’acquisition de terminaux embarqués au titre du fonds d ‘amorçage pour la mise en place des procès -verbaux électroniques(PVe)

5-Demande d’instruction des dossiers de subventions octroyées par le conseil Départemental des Bouches-du-Rhônes dans le cadre du Contrat Départemental de Développement et d’Aménagement(CDDA)-tranche 2016

6-Convention de financement « Diagnostics énergétiques sur les réseaux d’éclairage public « années 2016/2017 avec le syndicat Mixte d’Energie du Département des Bouches-du-Rhône (SMED 13)

7-Servitude de passage de canalisations souterraines au profit de Monsieur ORSINI et de Madame COSTE

8-Actualisation du périmètre de droit de préemption urbain suite à l’approbation du plan local d’urbanisme

9-Décisions municipales

Compte rendu du conseil municipal du 28 décembre 2015

1- Avenant n°1/2015 au contrat « Enfance et jeunesse » passé avec la caisse d’Allocations Familiales des Bouches-du-Rhône (CAF 13) pour les actions menées dans le cadre du développement du Relais d’Assistants Maternels (RAM)

Concerne l’intégration du RAM (Relais d’Assistant Maternels) au contrat « enfance et jeunesse » qui lie la mairie avec la CAF.

Nous votons POUR

2- Attribution d’avances sur subventions 2016 aux associations

Il s’agit de la demande de versement des 4 subventions suivantes:

  • 80 000 € à l’association Velauxienne de la petite enfance (AVPE)
  • 240 000 € à l’association espace Velauxien d’éducation et d’animation (EVEA)
  • 30 000 € au centre d’activité sociale et de loisirs (CASL)
  • 2 000 € à l’association « le portail de l’espoir »

Nous votons POUR

3- Approbation du Plan Local d’Urbanisme (PLU) de la commune de Velaux

Le cabinet Marino a commenté le résultat de son étude afin d’apporter des précisions sur les dernières modifications faisant suite aux remarques du commissaire enquêteur et aux décisions du maire.

Nous ne jugerons pas dans le détail le travail technique du cabinet Marino qui a élaboré un projet qui semble correct. Pour rappel, le PLU a démarré en 2009, il a été mis en place en suivant les différentes contraintes administratives, mais également les obligations (lois) et orientations données par le SCOT, le PADD etc…
Bien sûr, le choix du maire en ce qui concerne  le futur développement envisagé pour la commune de Velaux a été prépondérant.

Notre avis « global » sur cette orientation future est qu’elle ne nous convient pas, et nous développerons plusieurs thèmes pour expliquer notre position. Pour autant nous remarquons que Mr le maire a tenu compte de quelques remarques qui peuvent à ce jour satisfaire les concitoyens. Nous restons néanmoins prudents sur certaines conclusions hâtives.

Nous votons CONTRE 

Ordre du jour du conseil municipal du 28 décembre 2015

1- Avenant n°1/2015 au contrat « Enfance et jeunesse» passé avec la caisse d’Allocations Familiales des Bouches-du-Rhône (CAF 13) pour les actions menées dans le cadre du développement du Relais d’Assistants Maternels (RAM)

2- Attribution d’avances sur subventions 2016 aux associations

3- Approbation du Plan Local d’Urbanisme (PLU) de la commune de Velaux

Résultats des élections régionales à Velaux

Les élections régionales ont lieu les 6 et 13 décembre 2015 dans le but d’élire les conseillers régionaux pour un mandat de 6 ans.

Nous vous mettons à disposition les résultats définitifs sur la commune de Velaux.

Premier tour

Lors de ce premier tour, 10 listes étaient représentés.

Participation

Inscrits : 6 975
Votants : 4 057 (58,16 %)
Absenstions : 2 918 (41,84 %)
Blancs : 107 (1,53 %)
Nuls : 33 (0,47 %)
Exprimés : 3 917 (56,16 %)

Pour comparaison, lors des élections régionales de 2010, le taux de votant lors du premier tour sur la commune était de 45,71 %.

Résultat

Tête de liste Liste Voix
Mme Marion MARÉCHAL-LE PEN La France plein Sud ! (FN) 1 561 (39,85 %)
M. Christian ESTROSI Ca Va Changer (LR – UDI – MoDem) 875 (22,34 %)
M. Christophe CASTANER NOTRE REGION, NOTRE FIERTE (PS – PRG – MRC) 826 (21,09 %)
Mme Sophie CAMARD Pour une Région-Coopérative (EELV – FG) 272 (6,94 %)
M. Jean Marc GOVERNATORI Alliance écologiste indépendante (AEI) 156 (3,98 %)
M. Noël CHUISANO DEBOUT LA FRANCE AVEC NICOLAS DUPONT-AIGNAN (DLF) 99 (2,53 %)
Mme Isabelle BONNET Lutte ouvrière – Faire entendre le camp des travailleurs (LO) 38 (0,97 %)
M. Daniel ROMANI LE PARTI QUI MONTE, malgré le silence des médias (UPR) 38 (0,97 %)
M. Jacques BOMPARD UNION DES DROITES (LS – PDF) 33 (0,84 %)
M. Cyril JARNY POUR UNE NOUVELLE DONNE REGIONALE (ND) 19 (0,49 %)

Sources : Préfecture des Bouches-du-Rhônes, Ministère de l’Intérieur.

Second tour

La liste NOTRE REGION, NOTRE FIERTE (PS – PRG – MRC) de M. Christophe CASTANER s’étant retirée, nous avons un duel entre les listes La France plein Sud ! (FN) menée par Mme Marion MARÉCHAL-LE PEN et la liste Ca Va Changer (LR – UDI – MoDem) menée par M. Christian ESTROSI.

Participation

Inscrits : 6 975
Votants : 4 657 (66,77 %)
Absenstions : 2 318 (33,23 %)
Blancs : 318 (4,56 %)
Nuls : 125 (1,79 %)
Exprimés : 4 214 (60,42 %)

Pour comparaison, lors des élections régionales de 2010, le taux de votant lors du second tour sur la commune était de 53,70 %.

Résultat

Tête de liste Liste Voix
M. Christian ESTROSI Ca Va Changer (LR – UDI – MoDem) 2 308 (54,77 %)
Mme Marion MARÉCHAL-LE PEN La France plein Sud ! (FN) 1 906 (45,23 %)

Source : Mairie de Velaux

PLU, des précisions s’imposent !!!

Le PLU

Sujet à polémique et malgré tout très important, ce document, qui est en construction depuis 2009 et présenté par l’équipe majoritaire, ne doit pas pour autant nous laisser dans un rôle de spectateur. Notre équipe a le devoir de vous informer, et de vous interroger sur des sujets qui à ce jour nous concernent tous. Nous avons choisi certains thèmes (classification des zones, le tourisme, le sport, la plateforme de la Verdière 2, le PAEN, les logements sociaux, la sécurité incendie) qui nous semblent intéressants aujourd’hui et pour lesquels on peut exprimer des interrogations. D’autres pourront être abordés en fonction des retours que nous aurons de nos publications. Bien évidemment il est difficile, n’ayant pas participé à l’élaboration de ce projet, et par ailleurs n’y étant pas non plus invités, de porter une analyse complète et surtout très détaillée d’un si vaste dossier, mais notre libre interprétation est sincère et réclame des réponses ou des explications que nous ne manquerons pas de relayer.

La nouvelle classification des zones

On a bien compris que la tendance était de densifier l’existant (LOI ALUR), et de stopper la construction dans les zones déjà urbanisées sur de grandes parcelles. Depuis plus de 20 ans, dans la commune, ces parcelles pouvaient être morcelées, permettant aux propriétaires de valoriser leurs biens ou, de laisser la possibilité à leurs enfants de rester à Velaux en leur offrant l’opportunité de construire. Demain ce ne sera plus le cas et ils devront chercher leur bonheur ailleurs, voir loin de leur famille et leur travail. Pour autant cette loi ne fait pas qu’interdire, elle autorise aussi à sur-densifier l’espace urbain en permettant à l’inverse le sur-bétonnage des zones constructives, et en laissant libre la surface minimum autorisée. Heureusement, la hauteur a été limitée à 7 m, voire 12 m dans certaines zones. Mais jusqu’à quand cette limite de hauteur ? C’est sans doute la prochaine étape pour que Velaux ressemble aux autres villes de plus de 10 000 habitants, quand les logements sociaux seront terminés nous aurons dépassé ce chiffre. Nous n’aborderons pas les nuisances de voisinage, les problèmes de parking, de circulation et surtout d’assainissement que cela va générer. De plus, il faudra que les finances suivent aussi, et que les subventions soient données pour satisfaire à ces changements.

D’autre part, est-il raisonnable de classer Nh, donc naturelles, les parcelles situées plaine de Pécout, qui ont été polluées dans le passé ? Et comment le lieu dit de la SIFE peut etre classé en AUP2 et éventuellement être prévu pour y installer des logements étudiants dans le futur ? Il est rappelé dans le règlement du PLU, (TITRE-V1 article n1) que « les zones N ne peuvent faire l’objet d’affouillement, ou exhaussements du sol mais également de dépôts et stockage de terre, de matériaux et déchets de quelque nature que ce soit, non justifiés par les nécessités des occupations des sols admises ».

Pour infos : Dans le premier cas, les parcelles ont été polluées de 1952 à 1959 par une société travaillant pour Shell, (source : article du site du ministère de l’écologie BASOL référencé sous le n° 13.0133). Cette zone a été interdite à la construction, (maison détruite sur une des parcelles dite polluée), est toujours clôturée et surveillée actuellement à l’aide de capteurs piézomètres qui contrôlent la nappe phréatique. Ce cadeau empoisonné ne peut à notre avis être raisonnablement classé en N car ne répond pas aux exigences demandées. Dans le second cas, la pollution s’est effectuée à partir de 1978 et était due à une activité industrielle pour la préparation de tubes en acier. La zone n’est plus utilisée (site du ministère de l’écologie BASOL référencé sous le n° 13.0135).
Qui va dépolluer ? Quand ? Combien cela va t il coûter à la collectivité ?

Ensuite, nous remarquons que le PLU autoriserait seulement l’implantation des commerces uniquement en zone UA village, UB et UE verdière. D’après le SCOT, les commerces de rang 1 (correspondant aux besoins quotidiens des populations ou de première nécessité et nécessitant des déplacements réduits) doivent être facilités, et même ne pourront pas être interdits. Il est dommage de limiter cette possibilité d’installation à une zone qui va de surcroit continuer à sur-densifier les contours de la CD 20. Ceci n’exclut pas pour autant la priorisation donnée au village ancien. Ceci va à l’encontre d’une création d’activité commerciale dans la partie urbaine du village (UD) alors que de nombreux petits terrains vont être disponibles avec la loi ALUR.

La nouvelle politique de développement touristique

On a beau chercher, les possibilités de construction de logements qui permettent d’accueillir de nombreuses personnes grâce au tourisme ou aux compétitions sportives (nous éviterons ici de parler de ceux qui viennent ponctuellement pour une fête, un mariage ou un anniversaire), ne sont prévues qu’en zone artisanale UE, bien loin des commerces, et pas forcément pour faire des aires d’accueil de tentes, caravanes ou camping-car. Donc on peut se poser la question : sur quelle échelle Velaux va développer son tourisme ?
Les aménagements éventuels de loisirs ou de tourisme dans les espaces agricoles doivent être compatibles avec l’exploitation des terres agricoles (c’est le SCOT qui le dit). Nous avons donc déjà un classement qui est bloquant.
Aujourd’hui, pas même un panneau à l’entrée du village n’indique la présence d’un moulin à huile, par contre il y en a un beau pour la coopérative viticole, qui va disparaître et dont le remplacement n’est pas encore programmé, tout au plus le lieu est déjà envisagé à côté du moulin de la coopérative oléicole.

Un projet de parking est également d’actualité sur la Palun. Peu de gens l’on vu ou plutôt les ont vus car il y en avait plusieurs. Ce lieu est important pour les Velauxiens et leur avis ou tout simplement la connaissance des projets les concernant (simple maquette exposée en mairie) nous semblent importants. Il y a effectivement eu une enquête publique…. Pour autant les problèmes de stationnement avec la densification prévue et la création de nouveaux logements sociaux (nécessaires pour respecter la loi, nous n’y reviendront pas) montrent sans ambiguïté que rien ne sera réglé. Il est dommage que ce lieu ne puisse donner lieu à une possibilité de projet qui aurait également permis de dynamiser le centre-ville ancien.
Le parking du stade (dont la pelouse synthétique est promise depuis 2 mandats) qui accueille également les boulistes, le dojo, le gymnase et bientôt de nouveaux logements sociaux, est saturé. Il génère aujourd’hui des risques routiers et déambulatoires (trottoirs encombrés ou inexistants) très importants pour une zone qui accueille de nombreux enfants, voire des personnes âgées, avec la maison de retraite très proche.
Le cirque ne peut plus s’installer par manque de place (le terrain qui était proposé aux forains est à présent occupé par la nouvelle mairie qui dispose d’un très grand parvis, trop grand, car lors des spectacles les places manquent).
On s’aperçoit que les gens du voyage, voyagent moins à Velaux car l’emplacement est trop petit (stratégique), alors qu’une zone d’accueil leur est réservée. C’est par contre un point positif qu’il faut souligner et saluer même si nous ne la trouvons pas bien située, compte tenu des aménagements qui sont envisagés par l’équipe en place si le lycée ou un autre aménagement de la zone prévue voit le jour.
Par contre, il est prévu de réaliser un parking au site préhistorique de Roquepertuse, enfin ! Mais a t-on également pensé à réaliser une entrée de site digne de ce nom ?

Dans les objectifs 3.2 décrits par le plan d’orientation, absolument rien n’apparaît concernant l’accueil des touristes. Pourtant, la mairie n’arrête pas de communiquer sur notre patrimoine. On nous vante une véritable politique touristique, mais aucun projet concret sur ce fameux patrimoine qu’on est en train de redécouvrir après l’avoir abandonné. (Coopérative viticole, lavoir, site Roquepertuse, St propice, la Palun, ancienne mairie, ancien moulin à huile…)
Veut-on vraiment développer le tourisme ou ça fait du bien d’en parler ? N’y aurait pas d’autres solutions pour développer Velaux ? Nous garderons nos idées pour nous.

La plateforme logistique de La verdière

Emplacement de la future plateforme logistique de la Verdière

Etrange scénario qui a démarré avec 2 plateformes, puis plus qu’une et à ce jour, un retrait de permis en juin dernier pour cette dernière,située dans à la verdière 2. Dans le plan d’orientation, seule la déviation des poids lourds est citée.
Dans le règlement du PLU la zone est classée UE avec vocation à accueillir des bureaux, commerces artisanat hébergement hôtelier et…industrie !
Sont interdits dans cette zone les constructions à fonction d’entrepôt sauf si elles sont liées à une occupation et utilisation du sol admise (pas d’entreposage seul).
Ce qui veut dire que si un nouveau permis est déposé et autorisé, il le sera pour une surface sûrement plus étendue (car le nouveau PLU limite la hauteur à 10m au lieu de 12m dans le précédent) et interdira le stockage permanent…donc un afflux de véhicules supérieur générant un flux de véhicules très important.
Il nous semble difficile d’associer industrie polluante, bruyante, avec tourisme et artisanat dans une zone qui peut générer beaucoup plus d’emplois, et à priori plus gratifiants que ceux générés par un entrepôt de type blanc. Rappelons que ce type de classification d’entrepôt indique que rien ne garantit l’emploi, ni l’utilisation des locaux, et qu’ils sont par ailleurs destinés à la vente ou à la location et dont la construction est lancée sans qu’il n’aient été loués ou vendus à l’avance par un ou plusieurs utilisateurs. Compte tenu de l’activité intensive annoncée, il est donc difficile de suivre le changement d’exploitant et cette pratique est contraire à la législation des installations classées pour la protection de l’environnement. Nous ne voulons pas ces mêmes entrepôts qui poussent comme des champignons et qui envahissent par ailleurs les autres communes de Rognac, Berre l’étang et Vitrolles .

Que va devenir la circulation dans cet accès de Velaux par la CD55G, avec 3 ronds-points et une contre allée (voir projet) avec cette plateforme ! Pour qui, pourquoi ?

A ce jour, cette zone est déjà très dangereuse et on y rajoute des poids lourds et autres véhicules de grande distribution. Elle n’est pas encore exploitée par les futurs agriculteurs tant souhaités, qui seront localisés dans cette partie de la commune. Cet accès de Velaux va devenir un autre point noir.
En résumé, sur la CD 20 on aura : la sortie des poids lourds et des véhicules de distribution de la plateforme de la verdière 2 via le pont, les poids lourds ou autres camions qui vont à la décharge de la Vautubière, quand ils ne traversent pas l’avenue Jean Pallet pourtant interdite et déjà saturée avec également une halte routière pour la future gare SNCF, et… le Lycée !

Tout ce petit monde va devoir cohabiter avec la piste cyclable prévue le long de la CD 20. Nous sommes inquiets pour la gestion de tous ces flux dans l’avenir.

De plus, rappelez-vous des promesses du projet de la majorité en 2014 : l’extension de la verdière 2 et la plateforme verdière 3, qui devait ouvrir ses portes en 2015 c’était… 800 emplois !

Convention stage Nicoss

Pensez- vous vraiment que le chiffre soit réaliste pour une plateforme logistique ? C’est mal connaître ce métier et faut-il peut être aussi connaître les souhaits des jeunes de Velaux en terme d’emploi et… d’avenir. Qu’en pensent- ils ? Nous sommes persuadés que cette zone mérite qu’on y attache plus d’intérêt pour réellement apporter à Velaux de la diversité dans le développement économique grâce à son emplacement géographique privilégié.

Le PAEN

Y avait-il besoin d’un PAEN et de ses contraintes pour développer l’agriculture et se priver d’une éventuelle bulle d’activité pas encore à l’ordre du jour qui ne correspondrait pas à des critères uniquement « agricoles » ? Ne met-on pas tous nos œufs dans le même panier ?
L’idée de développer l’agriculture est incontournable et nécessaire à notre vie de tous les jours mais on assiste à un passage en force. Ce n’est pas parce que l’eau du canal de Provence arrive, que les paysans vont revenir, s’installer et réhabiliter tous les terrains cultivables.
A t-on fait tout le travail d’information nécessaire, alors que tous ceux qui nous donnent les outils comme la SAFER, la chambre d’agriculture, le CHAMP (pour ne citer que les plus connus), sont réellement là et prêt à nous aider ? Les acteurs, eux, ceux qui se posent des questions, ceux qui voyaient dans leur terrain une source de revenu pour leur retraite, ceux qui ont besoin de comprendre l’intérêt de ce « gel » de terrain ne sont pas ou mal informés des autres possibilités envisageables.
L’agriculture, ce ne sont pas seulement les agriculteurs mais aussi les exploitants agricoles et les particuliers qui ont des terrains à valoriser. Les contraintes de cette activité doivent être connues et si on veut trouver des solutions il faut intégrer l’ensemble des acteurs dans la réflexion et non pas imposer à l’aide de menaces de préemption ou d’expropriation qui ne feront qu’aggraver la situation et surtout retarder les projets. Enfin a t-on pris en compte les nouvelles difficultés liées à l’écologie et en rapport avec l’emploi des produits phytosanitaires et l’interdiction de brûler pour les non- exploitants agricoles ou agriculteurs ?

Les logements sociaux

L'ancienne coopérative viticole de Velaux.

Sujet délicat, encore une loi, la loi DUFLOT, qui comme la loi ALUR oblige, mais ne punit pas les mauvais élèves, et Velaux paye des amendes alors que d’autres mairies (-3 500 hab.) n’ont pas l’obligation d’en faire. Et pourtant, quel est le problème puisque l’on y loge que nos personnes âgées et nos jeunes ? Les choix des emplacements qui sont faits actuellement vont faire disparaître la coopérative viticole, ancienne fierté de Velaux, ou le vin était à l’honneur qui aurait pu, à une époque pas si lointaine, répondre à d’autres projets. Pour autant on se doit de respecter la loi, et la décision concernant cet emplacement ne nous appartient plus.

La sécurité incendie (Protection du chainon de Mauribas) Classé Alea moyen feux de forêt

Le feu de cet été nous a encore montré que la commune est vulnérable, avec ou sans surveillance. L’incendie a démarré et s’est propagé dans une zone très peu urbanisée.
On peut se poser la question sur la limite de Rognac et Velaux, lieu-dit chemin du gendarme, quant à l’impact d’un feu à cet endroit. Cet endroit précis est la liaison directe avec le quartier des Brets, environ 3 200 habitants avec une forêt côté Velaux enserrée entre l’autoroute et ce quartier de Rognac. Le débroussaillage obligatoire qui doit être réalisé par les riverains n’est pas effectué et laisse notre commune sans défense. Il est pourtant précisé dans le règlement que ces zones doivent répondre aux besoins de la circulation des véhicules incendie avec une largeur de 6 m sur voie publique, on en est loin.

De plus, le SCOT recommande d’aménager des zones tampons entre l’espace urbain et l’espace forestier ou naturel (cela peut aller de 10 à 50 m).

Ces remarques concernent les sujets les plus abordés ces derniers temps dans nos conversations. Heureusement, tout n’est pas négatif. Un travail effectué depuis autant de temps sur 2 mandats et avec la participation d’organismes spécialisés ne peut avoir été bâclé. Nous nous contenterons de montrer du doigt une partie de ce qui nous préoccupe, et qui concerne l’orientation qui nous est imposée car malheureusement nous n’avons pas eu notre mot à dire.
Cependant notre vision sur certains points doit porter matière à réflexion, et doit générer des réactions, pourquoi pas même des actions, car l’avenir de notre village en dépend. Certes un PLU peut être attaqué, modifié, mais ne laissons pas la future métropole de décider de notre cadre de vie. Les choix d’aujourd’hui risquent d’être les derniers que l’on nous donne l’occasion de faire. Soyons des acteurs de notre avenir plutôt que des spectateurs.

Compte rendu du conseil municipal du 25 novembre 2015

1- Installation d’un nouveau conseiller municipal et mise à jour du tableau du conseil municipal
Suite à la démission pour raisons personnelles de Mme Sylvia FERNANDEZ, il est procédé à son remplacement par le candidat suivant sur la liste de Velaux d’abord, en l’occurrence Mr Jean Pierre DEL TRENTO PIRONE.

Pas de vote

2- Décision modificative n°3 au Budget Primitif de la commune
Le coût de la réalisation ainsi que la numérisation du PLU ont été facturés 85 200 € à la commune.
De plus, l’école Jean Giono a également nécessité un surcoût de 54 000 € : isolation de la toiture, changement des fenêtres, travaux de mise en sécurité des sols suite à la découverte de tuyaux dans le sol des salles de classes. La facture supplémentaire pour la commune est de 139 200 €.

Cependant, Mr le maire nous informe que ce surcoût est équilibré par des dépenses qui n’ont pas été effectuées, en l’occurrence les travaux de rénovation de la chaufferie, budgétés en 2015, et qui sont reportés.

Nous nous ABSTENONS

3- Approbation du rapport de la Commission Locale d’Evaluation des Charges Transférées (CLECT) de la communauté d’agglomération Agglopole Provence du 14/09/15 concernant l’évaluation des charges transférées dans le cadre du transfert de la politique de la ville à la communauté d’agglomération
Le vote consiste à valider le montant proposé par la commission en ce qui concerne une des fonctions transférée à l’Agglopole par les communes. Il s’agit de la partie : « politique de la ville » (Ex : Emploi, développement urbain, prévention de la délinquance…) pour les communes de Salon de Provence et Berre l’Etang.
Toutes les communes faisant partie de l’agglopole doivent voter ces décisions.

Nous votons POUR

4- Approbation du rapport de la Commission Locale d’Evaluation des Charges Transférées (CLECT) de la communauté d’agglomération Agglopole Provence du 13/10/15 concernant le complément d’informations relatif au pôle d’Echanges Multimodal (PEM) de Saint Chamas d’intérêt communautaire, l’évaluation définitive des charges transférées dans le cadre de l’élargissement de l’intérêt communautaire à l’ensemble des zones d’activités du territoire et sur la révision du montant définitif des Attributions de Compensations au titre de l’année 2015 et du montant provisoire au titre de l’année 2016.
Idem que le point 3.
Il s’agit là de la partie concernant le « développement économique » pour le projet de pôle multimodal de Saint-Chamas (pour infos, il existe également ceux de Rognac, Velaux, et Lamanon) ainsi que l’élargissement des compétences sur les zones d’activités.
Rappel : pour Velaux, les zones d’activités reprises par l’Agglopole sont : La Verdière 1 (18 ha), La Verdière 2 (18 ha), Le Grand pont (14 ha) et Le Vallon des Brayes (5.8 ha, déclarée d’intérêt communautaire).

Nous votons POUR

5- Approbation du montant des attributions de compensation définitif pour 2015 et provisoire pour 2016
Il s’agit de valider le montant de dotation qui reste à recevoir en 2015 sur le montant prévu et de valider la prévision pour 2016 avec toutes les interrogations posées par la création de la future métropole. Velaux avait reçu 2 814 096 € en 2015 au titre de l’attribution de compensation et demande la même somme pour 2016.
Il est rappelé que le fonctionnement de la métropole démarre le 1er janvier et que c’est elle qui va gérer ces demandes. Mr le maire en profite pour nous prévenir des conséquences, très négatives, concernant les futures dotations versées par la métropole compte tenu des frais de fonctionnement de la ville de Marseille; il a cité et développé l’exemple de la RTM.

Nous votons POUR

6- Attribution de l’indemnité de conseil au nouveau receveur municipal
Vote concernant l’indemnité allouée au nouveau receveur pour cause de cessation d’activité.
Le receveur a un rôle de conseil et d’assistance envers la commune.
Mme ASTRUC remplace Mr SARROUY.

Nous votons POUR

7- Demande de subvention à la préfecture (Direction Départementale des territoires et de la mer –DDTM) dans le cadre du fonds de prévention des risques naturels majeurs (dit « Fonds BARNIER ») pour l’étude hydraulique de définition de la zone inondable avec définition de l’aléa Inondation lié au Vallat des Vignes.
Il s’agit de demander une subvention pour une étude supplémentaire imposée par le DDT (Direction Départementale des Territoires et de la Mer).
Plusieurs raisons à cela : changement de personnel en charge du dossier, dégâts causés par l’eau récemment dans le Var, une urbanisation faible dans ce secteur et un vallat qui n’a pas la capacité de fractionner l’écoulement de l’eau…
C’est l’État qui est à l’origine de l’étude, et qui finance le DDTM pour cette démarche.

Mr ROUSSEAU de Velaux en Avant pose la question suivante : « Pourquoi une telle étude est demandée alors que le PLU est terminé et déjà en cours d’approbation. Cela ne remet-il pas en cause la validité du PLU mais également le travail effectué par le bureau d’étude qui en était en chargé ? »
Réponse de Mr le Maire : cette étude a été faite de manière correcte mais suite à des problèmes, il est courant que des compléments d’études soit demandés par la DDTM. Cela ne remet pas en cause le PLU et n’engendrera pas de coûts complémentaires facturés par le bureau d’étude.

Nous votons POUR

8- Cimetière Saint Martin – Procédure de reprise des terrains communs et des concessions échues non renouvelées.
Il s’agit d’inventorier les concessions abandonnées qui peuvent permettre à libérer de la place au cimetière.

Il nous est précisé que cette démarche, qui sera forcément longue et délicate, sera entreprise dans le plus grand respect des familles, des défunts et des textes.

Nous votons POUR

9- Modification des statuts du Syndicat Intercommunal du Lycée de Velaux (SYLV) : Article 3 – Changement d’adresse du siège social
Il s’agit de valider un changement d’adresse concernant l’hébergement du syndicat intercommunal du lycée.
Nous interpellons monsieur Le Maire sur le bien fondé de maintenir actif ce syndicat. La réponse de monsieur Le Maire est que ce syndicat (qui comporte plusieurs communes), est le propriétaire des terrains, et que le fait de le supprimer nécessiterait la reprise de l’actif et du passif.

Nous votons POUR

10- Approbation de l’indemnité exceptionnelle de compensation CSG et création de l’indemnité dégressive au 01/05/15
Il s’agit de la création d’une régularisation de rémunération par le biais d’une indemnité dégressive pour les fonctionnaires communaux ayant perdu la prime compensatoire (qui a été supprimée le 01/05/12015) et qui permettait de contrebalancer l’augmentation de la CSG.

Nous votons POUR

11- Décisions municipales

Changement d’opérateur de service INTERNET.
La commune ayant trop de soucis avec l’ancien opérateur (Orange), a décidé d’opter pour une nouvelle offre proposée par SFR (pour info : 3 494 €/an)

Pas de vote