Projet du clos Félibre, ou monsieur le maire devant ses contradictions

img_0185C’est avec un grand intérêt que nous avons assisté à la réunion publique qui se tenait hier à la Maison pour tous des quatre tours à l’initiative de la mairie.

Monsieur le maire, accompagné de différents acteurs de la réalisation, a présenté son projet visant à implanter 140 logements sur le terrain « Donnier » situé à coté de l’Intermarché de Velaux.

Deux phases sont prévues, comprenant chacune la construction de 70 logements. La première concerne des logements qui seront privés, d’une taille et d’une hauteur « modeste » (bâtiments d’un étage) et la seconde des logements sociaux, plus massifs et en bordure de l’Avenue Jean Moulin (bâtiments de deux étages, atteignant 10 mètres de hauteur).

Le complexe sera constitué, à terme, de logements individuels ainsi que de petits immeubles de 2 étages contenant 50% de logements sociaux.

Une fois la présentation idyllique terminée, de nombreuses questions furent posées par des velauxiens inquiets.

En voici quelques exemples:

  • Quels aménagements sont prévus pour absorber le flux de circulation généré ?
    Réponse : Aucun. M. le maire rappelle que le problème des voies de circulation situées devant le terrain concerné est du ressort du conseil départemental…
    Devons-nous rappeler à monsieur le maire qu’il a bénéficié des largesses du-dit conseil départemental pendant des années, et qu’il aurait donc pu anticiper la création de réseaux routiers adaptés à cette urbanisation démesurée ?
  • Combien de places de parking sont prévues ?
    Réponse : 3 en moyenne par logement, selon un calcul difficile à comprendre. En effet, il s’agirait de 3 places effectives pour la première phase : deux places par logement + une place visiteurs. Pour la deuxième phase (qui, rappelons le, concerne, entre autres, les logements sociaux), une seule place sera prévue.
    Pour les logements privés, les deux places sont : un garage et une place de parking. Or, nous constatons, notamment dans les Hameaux de Velaux, que les habitants n’utilisent que rarement leur garage comme parking. Les véhicules sont garés à l’extérieur, le plus souvent sur les trottoirs, ce qui engendre une gêne pour les piétons.
    Nous sommes étonnés par cette moyenne annoncée, qui ne correspondra probablement pas à la réalité sur le terrain. De même, la répartition inégalitaire de ces places nous semble inopportune et inadaptée, elle sera sûrement source de problèmes.
  • Pourquoi avoir refusé un permis de construire aux anciens propriétaires du terrain au seul motif que celui-ci prévoyait 105 logements et que monsieur le maire n’acceptait pas plus de 70 logements pour éviter une sur-densification ?
    Réponse : Le terrain a été payé un bon prix (2,6m€).
  • Au vu de la taille du projet, n’y a t-il pas une obligation légale de créer des espaces verts sur la zone ? Si oui, où se situeront-ils ?
    Réponse : des arbres seront plantés le long des immeubles et dans les petits espaces devant les bâtiments.
    Donc, aucun réel espace vert digne de ce nom ne sera prévu dans le projet. Espérons que les locataires et habitants sauront se contenter de quelques arbres en rang d’oignons sur les côtés des bâtiments !
  • Quel sera le mode de chauffage choisi pour les logements sociaux ?
    Réponse : il n’est pas prévu de chauffage dit « vert » car les coûts de réparation et d’entretien sont beaucoup trop élevés.
    On peut donc dire bye bye à la réduction de CO2 et aux énergies propres !
  • Combien d’accès sont prévus ?
    Réponse : une seule, entre deux bâtiments, qui sera une voie à double sens débouchant directement sur l’Avenue Jean Moulin.
    Bien entendu, nous sommes convaincus que tout a été pensé et réfléchi concernant la sécurité des piétons, l’accès aux personnes handicapées en fauteuil, et les vélos. Pourtant, il n’est nullement envisagé de créer un rond point, l’argument de monsieur le maire étant que La Bastide et La Colline n’ont qu’une seule entrée aussi. Comment peut-on oser comparer les situations et avancer des arguments aussi inappropriés ? Dans les cas de La Bastide et de La Colline, les deux sorties débouchent sur de larges rond-points.

img_0186

Merci donc à monsieur le maire pour ce projet complètement inadapté pour ce site, qui va occasionner, non seulement des nuisances pour les riverains et tous les habitants de Velaux, mais qui va également contribuer à l’engorgement de l’avenue Jean Moulin, à l’accentuation des problèmes de parking dans la ville ainsi qu’à la création d’une sur-urbanisation mal maîtrisée et néfaste pour la qualité de vie de notre cité.

Nous ne pouvons que nous ranger du côté de la raison et nous opposer à ce projet mégalomane pour le quartier, qui va engendrer un niveau de circulation et de nuisances dans ce secteur.

Ce projet n’a que pour seul but de satisfaire aux règles du PLU érigées par monsieur le maire, et qui entraine Velaux vers une urbanisation incontrôlée sans aucune anticipation des infrastructures routières, scolaires et autres. Cela va créer de graves problèmes de surpopulation dans les écoles, de bruit, de stress et surtout, aggraver considérablement les problèmes de trafic routier, déjà bien pénibles pour les habitants. Et ce n’est pas en réclamant une bretelle d’entrée d’autoroute (qui d’ailleurs ne vient pas) à Coudoux que l’engorgement du centre de Velaux va se résoudre!

Toute cette situation découle de la politique de gestion de l’espace public, menée depuis des années par monsieur le maire. Nous n’avons pas d’autre choix que d’utiliser nos véhicules personnels pour nous déplacer à Velaux : il n’existe pratiquement aucune piste cyclable, peu (ou pas) de trottoirs, et souvent exigus ; le village, ou ce qui en reste, ne semble avoir été pensé que pour les véhicules à moteur.
Les derniers projets de constructions nous démontrent que nous n’allons pas vers une amélioration de cette situation, mais plutôt une poursuite d’une dégradation déjà amorcée depuis plusieurs années. Nous sommes consternés de constater qu’au nom du respect de lois nationales, qui peuvent pourtant être adaptées aux particularités de notre territoire, nous allons assister à la destruction de l’identité et de la qualité de notre ville.

Nous ne pouvons qu’espérer que ce projet n’est pas encore définitif, et que les Velauxiens, qui n’ont pas été consultés, mais qui vont être impactés par les conséquences de cette démesure, pourront espérer une modification, qui viserai à diminuer les impacts négatifs sur notre cadre de vie.

Nous soutiendrons toute action visant à améliorer ce projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *